La faïencerie Fenal.

La faïencerie FENAL.


Théophile FENAL est né à Badonviller. Docteur en droit, il sera avocat à Lunéville puis dirige avec son cousin la faïencerie de Pexonne. La mésentente et l’indivision familiale le conduise à Badonviller, distance de 3 kilomètres de Pexonne, où il créée à partir de 1898 une nouvelle manufacture

La faïencerie de BADONVILLER est moderne. Théophile FENAL y développera une politique sociale d’avant-garde : participation aux bénéfices pour les ouvriers, création d’une Caisse de Secours Mutuel, d’une caisse de Prévoyance, etc……. Autant d’idées inédites et novatrices pour cette époque.
Théophile FENAL meurt en 1905 et son fils Edouard lui succède.
Il apportera une recherche de la qualité. C’est l’époque des services de toilette style « Art Nouveau » et des services de table à 74 pièces décor « Champagne ».
Edouard FENAL renforcera encore les avancées sociales initiées par son père.

La première guerre détruira aux trois quarts les bâtiments. La fin des hostilités voit la reconstruction et fin 1919, la production reprend.


Dès 1921, les affaires sont florissantes.
Edouard FENAL conduisait la faïencerie de BADONVILLER dans la prospérité et il réalisera, de 1922 à 1925, une opération industrielle considérable : l’absorption des manufactures de Lunéville-Saint-Clément.
Après la seconde guerre, sous l’impulsion de Gilbert FENAL, fils d’Edouard, s’ouvrira une période faste.


L’effectif de l’entreprise atteindra 1100 personnes.

Le plafond de l’activité se situe vers 1950 où le groupe FENAL produit 30% de la production nationale de faïence.

A la fin des années 1950, le chiffre d’affaire de la manufacture décroit. La direction s’oriente alors vers la robotisation de la production. Il n’y aura pas de licenciement, mais le personnel qui quitte l’entreprise ne sera plus remplacé.
En 1958, l’installation de la machine « MILLER », venue des Etats-Unis bouleversera l’entreprise.
Avec un personnel nombreux, on pouvait mouler 20 000 assiettes par jour. Avec cette machine, surveillée par 3 ouvriers, la production atteignait 120 000 assiettes par jour……
Le déclin s’annonce avec l’arrivée d’une vaisselle en verre trempé, résistante au lave-vaisselle.


En 1963, c’est la fin de l’autonomie financière et Badonviller est intégrée dans le groupe FENAL.
En 1985, il n’y avait plus que 190 ouvriers.
L’agonie de la manufacture se marque par un licenciement massif de personnel en 1988 et à la fin de l’année, la main-d’œuvre est réduite à 90 personnes.
La faïencerie de BADONVILLER fermera définitivement le 28 février 1991. Elle sera détruite en 2010.

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir !