Rencontre citoyenne

C O M P T E - R E N D U

O B J E T : Débat National

Une réunion d’initiative locale a été organisée par la commune de Badonviller (54540) le 13 février 2019 de 20 heures à 23 heures. Cinquante huit personnes de l’agglomération mais aussi des villages environnants, ont pu tout à loisir donner leur avis sur les thèmes proposés par le Président de la République dans sa lettre au français.
Il a été convenu avec les participants un débat par groupe de huit à dix personnes dans l’ordre de la thématique et dans le respect de la charte du débat. Le dialogue s’est fait constructif sans monopolisation de la parole. Un rédacteur par table s’est auto-désigné.
Sur le thème N° 1 se rapportant à la fiscalité et les dépenses publiques, la quasi unanimité s’est faite sur des sujets traitant de :
- La manne financière collectée par l’Etat à travers les impôts dont la redistribution reste floue,
- Le gaspillage de l’argent public,
- Un train de vie de l’Etat qui semble narguer les classes populaires,
- Une apparente absence du contrôle de l’Etat tant sur l’aspect fiscal que sur celui du social,
- Les avantages pécuniaires démesurés des députés, sénateurs et grands commis de l’Etat.
Mais aussi, des exemples choquants comme :
- La retraite de certains grands patrons ou les avantages exorbitants consentis aux anciens présidents de la république et anciens ministres.
Il y a également des propositions pour :
- Une augmentation du nombre de tranches d’imposition,
- Une taxation plus importante sur la spéculation immobilière, une détaxation des produits de première nécessité, Une diminution des taxes sur les carburants et l’électricité.
Des incompréhensions portant sur :
- Une fiscalité non équitable entre les bas et les hauts revenus.

Par ailleurs,
- Un rétablissement de l’I.S.F. n’est pas plébiscité.
Thème N° 2: l'organisation de l’État et des services publics.
Une très large majorité est favorable à :
- Une promotion de communes nouvelles effectuée par rapprochement et un élargissement de leurs compétences,
- Un renforcement du pouvoir des maires,
- Une suppression des communautés de communes.
Les citoyens des secteurs ruraux demandent :
- Un retour des services publics sur leur territoire, certaines tâches pouvant être effectuées dans les petits commerces.
Pour des raisons liées à la démocratie :
- Il est primordial de conserver le sénat et l’assemblée nationale,
- Les décisions de l’Etat doivent passer par plus de concertation participative,
Si le citoyen souhaite plus de proximité dans les décisions d’Etat :
- La décision finale en revient aux élus.
Thème N° 3 : La transition écologique.
La transition écologique imposée par l’Etat à travers la taxe sur les carburants a eu un impact négatif dans les zones rurales entrainant un rejet total du projet. Les citoyens des zones rurales n’ont pas d’autres choix que d’utiliser leurs véhicules pour aller au travail, faire les courses ou consulter un médecin. Une large majorité d’entre eux ont eu l’impression d’être des laisser pour compte sur leur territoire.
Ils sont unanimes à préconiser :
- Une nécessité de conclure des accords internationaux pour la mise en œuvre de la transition,
- Des taxes supplémentaires pour les transporteurs maritimes et aériens,
- L’installation de centrales villageoises par méthanisation, photovoltaïque, éoliennes.
Il y a lieu de mieux faire connaître les dispositifs fiscaux relatifs:
- A l’isolation des résidences.

Il faut promouvoir les moyens de transports :
- Covoiturage,
- Transport en commun de moyenne capacité pour relier les lieux de travail vers les zones urbaines.
Il faut également :
- Valoriser les produits locaux par une baisse des taxes ou des charges.
Il faut cesser :
- De culpabiliser le citoyen sur les sujets liés à l’écologie.
S’agissant de l’achat d’une voiture électrique :
- Elle est dissuasive par son prix et son impact écologique négatif en terme d’élimination des déchets (batterie).
Le thème N° 3 : Démocratie et la citoyenneté.
Large majorité sur les sujets relatifs :
- Au vote obligatoire,
- A la reconnaissance du vote blanc,
- A une proportionnelle entre 10 et 20% aux élections législatives,
- A la limitation du nombre de parlementaires d’un tiers.
Le recours à un référendum peut être envisagé :
- Sur des questions importantes, claires, précises, réunissant un nombre de voix suffisante pour une mise en place.
Au final et sur cette question, oui, la citoyenneté est le fait de vivre ensemble sans être tenu par les minorités.